Cheikha Rimitti (1923-2006)

Cheikha Rimitti est née dans une Algérie sous occupation française. Elle commence tôt à faire de la musique et à chanter.
«A l’âge de 20 ans, elle se lie à une troupe de musiciens Hamdachis, avec qui elle partagera une vie de troubadour, chantant de cabaret en cabaret et dansant souvent jusqu’à l’épuisement. […] Rimitti s’inspirera de ce spectacle de désolation pour improviser ses premiers vers et son répertoire sera en grande partie une évocation de ce vécu. « C’est le malheur qui m’a instruit, les chansons me trottent dans la tête et je les retiens de mémoire, pas besoin de papier ni de stylo »»
«Son premier enregistrement date de 1952 quand Pathé Marconi sort un 78 tours comportant le fameux «Er-Raï Er-Raï», mais c’est en 1954 que Rimitti s’impose comme la référence absolue avec son titre «Charrak Gattà», où ses contemporains y voient une attaque en règle contre le tabou de la virginité (Il me broie, me bleuit // il m’attise…. il m’abreuve, je dis je pars et je passe la nuit // malheur à moi qui ai pris de mauvaises habitudes…).» tiré de www.hibamusic.com
note intéressante: Flea (Red Hot Chili Peppers) et Robert Fripp ont collaboré à l’enregistrement de son album Sidi Mansour en 1994.
Cheikha Rimitti – «Saida»
biographie en anglais sur la chanteuse:

une entrevue en français avec Cheikha Rimitti:

et et et! des pièces en écoute! sur: www.aljadide.com