les Conservateurs n’aiment pas le sexe

un article dans le Globe and Mail d’aujourd’hui traite du non-financement de la part d’agences gouvernementales de films  «faisant la promotion» du sexe, de l’homosexualité et/ou de la violence.

quand va-t-on arrêter de placer la sexualité et la violence dans le même baril? ce sont deux choses complètement différentes (oui l’acte sexuel est différent d’une guerre). l’un ou l’autre montré à répétition peut provoquer des réactions négatives (tout comme regarder The Price is Right à répétition peut causer du brain freeze).

le réalisateur de Young People Fucking a raison quand il dit qu’une telle pratique de la part du gouvernement peut tuer l’industrie cinématographique canadienne. qu’est-ce qui est plus important: sauver l’économie ou bien les mœurs du pays?

Evangelist takes credit for film crackdown
Christian crusader says he pressured cabinet ministers and PMO officials to deny tax credits to productions deemed too offensive

From Friday’s Globe and Mail

« It seems ill-conceived from beginning to end, and is less about censorship than destroying the economic foundation of our entire industry, » said Mr. Gero, who shot his debut feature film for $1.5-million with support from Telefilm and other government agencies. « It’s old people fucking with the Canadian film industry. »

l’article complet

Microsoft

Le Devoir de ce matin

lire l’article complet 

Nouvelle amende record pour Microsoft
Édition du jeudi 28 février 2008
L’UE ajoute 900 millions d’euros à l’ardoise du géant informatique

[…]

«C’est la première fois en 50 ans de politique de concurrence dans l’UE que la Commission a dû infliger une amende pour non-respect d’une décision antitrust», a souligné hier Neelie Kroes.»

Microsoft semble ne pas vouloir respecter les jugements de la Commission européenne sur la concurrence!

la chanson canadienne définie par le CRTC

le titre de ma nouvelle exgère un peu les propos de l’article du Globe and Mail d’ajourd’hui qui mentionne les pressions que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes CRTC subit pour définir ce qu’est un succès radiophonique canadien.

le CRTC oblige les télédiffuseurs et les radios au Canada à faire tourner un minimum de contenu canadien. Comme les radiodiffuseurs ont peur de présenter une diversité de chansons, ils auraient tendance à ne jouer que les mêmes hits, encore et toujours. leur excuse: ne pas perdre les dollars de publicité.

le CRTC devra donc se pencher sur la question et définir ce qu’est un «hit canadien». on pourrait se demander si les radios commerciales sont nécessaires, et si elles ont leur place dans le paysage radiophonique canadien, surtout si elles ne contribuent à rien d’autre que vendre la publicité…

lire l’article complet

Is that song a hit? Ask the CRTC

«Radio stations have been padding their profits for years by milking tried-and-true hits and doing whatever they can to avoid taking chances on up-and-coming Canadian artists, a new federal report on the industry alleges.

«In a process that is expected to have a financial impact on radio broadcasters if new rules are instituted, regulators are now stepping in. The Canadian Radio-television and Telecommunications Commission plans to define for the first time what is – and specifically is not – a hit song.»