les artistes et les diffuseurs

je demandais récemment à un diffuseur montréalais en arts visuels (en graffiti particulièrement) quel était le droit d’exposition pour un projet diffusé chez eux pendant les Journées de la culture au Québec: rien.

«Avec les journées de la culture et leur mission de démocratisation culturelle (activité gratuite offerte à tout le monde), il n’y a pas de cachet prévus pour personne.»

il y a problème quand les diffuseurs (ou les gens qui se prennent pour des diffuseurs) commencent à manquer de respect à l’égard des artistes et ne pas les payer pour leur travail. la culture n’est pas gratuite. les arts non plus. il doit y avoir compensation financière de l’artiste à un moment donné. on ne peut pas toujours emprunter, voler, récupérer et profiter des artistes.

même chose pour plusieurs activités organisées pendant la Nuit blanche à Montréal (activité du consortium Spectra). les artistes sont la plupart du temps non-rémunérés. pourtant, les organisateurs de ces activités SONT eux rémunérés. et les commandites et subventions supplémentaires récoltées pour la réussite des activités ne semblent pas réinvesties auprès des artistes…

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *