Marie-Thérèse Lenoir pour Noël

[un article publié en 2007]

Marie-Thérèse Lenoir à l’orgue et aux carillons. L’album comporte des chansons plus connues et d’autres un peu plus «obscures». Je dis obscures, car l’interprétation de madame Lenoir est moins dans la joie que ce que l’on entend aujourd’hui à la radio.

marie-thérèse lenoir

Peu de renseignements flottent à son sujet dans le cyberespace. J’ai trouvé quelques mentions sur Québec Info Musique: «Fernand Robidoux débute en 1938 comme annonceur à la station radio CHLT de Sherbrooke, animant avec sa femme Jeanne Couet l’émission La ruche ménagère. Le couple passe ensuite à CHLN, Trois-Rivières, avant de faire leurs débuts à Montréal à CKAC en octobre 1940, aux émissions Pour vous, mesdames et Le moulin de la chanson. En 1942, ils tiennent la vedette des émissions Fernand et Jeanne et Sergent Swing, toujours à CKAC. Après un séjour dans l’armée, Fernand Robidoux réalise l’émission Pomponnette (CKCH, Hull) dont le personnage principal est l’ancêtre de l’espiègle Zézette, créé par Jeanne Couet. À Montréal, Fernand Robidoux anime Au carrefour de la chansonnette (CHLP) puis Pierre et Pierrette (CKAC) avec Marie-Thérèse Lenoir, une émission présentée quatre fois la semaine et qui connaît du succès pendant trois ans.»

noel chez-nous

On écoute ce grand succès du temps des fêtes: «Ça bergers, assemblons-nous!» interprété par Marie-Thérèse Lenoir.

Orchestre Sinza pour Noël

Il est né de l’Orchestre Sinza.
[audio:http://www.akwaabasound.com/snd/music/Orchestre%20Sinza%20-%20Il%20Est%20Ne.mp3]

[je republie un article publié en 2007 pour la première fois. Noël approche et je ne peux m’empêcher!]

aujourd’hui, je suis tombé sur un blogue de musiques africaines. au sein des pages du blogue sea never dry, j’ai trouvé cette interprétation de Il est né. Le groupe se nomme Orchestre Sinza et est originaire du Congo-Brazzaville.

La seule autre information que j’ai pu trouver sur ce groupe se trouve sur cette congopage, dans une entrevue avec Don Fadel.

« La soukous est née à Ouénzé avec l’orchestre Sinza. La personne qui popularisera ce rythme c’est Pamélo Mounka. Se promenant dans la nuit à Ouénzé, Pamélo entend jouer un orchestre au barVis à Vis. C’était Sinza Kotoko. Le rythme lui plaît. Il compose « Mama na mwana » sur ce tempo. Ca fait un grand succès. Mais Pamelo Mounka n’est qu’un médiateur. En vérité, la soukous est née en 1959 grâce à un musicien nommé Ibombon avec son groupe Air Mambo. Ibombon jouait dans un bar à côté du marché de Ouénzé. Comptable de son métier, Ibombon est affecté à Dolisie. Il décide alors de vendre son matériel aux jeunes musiciens de la rue Mouila qui venaient de créer Sinza Kotoko ( Mousse, Ya Gabi, Don Fadel…)
« Je vous laisse le matériel moyennant une modique somme, mais je vous laisse aussi un rythme. Exploitez-le. »
« Le conseil ne tombe pas dans les oreilles d’un sourd. Piere Mountouari compose la chansonVévé et Ma Loukoula dont le swing a fait le tour de l’Afrique. La soukous est née de là » note Don Fadel.»