Trans-X

Trans-X, groupe du Québec du début des années 1980. Wikipédia en parle un peu. Vivre sur vidéo!

poésie béton…

ou poésie concrète? poésie publique?

trouvé sur rue Marconi, zonée ateliers d’artistes et artisans. les promoteurs immobiliers s’y sont déjà installés pour construire des «ateliers d’artistes pour tous». petit hic, les artistes ont rarement à investir «de 175 000$ à 240 000$ pour des logements sans cloison de 900 à 1300 pieds carrés»… sculpteurs s’abstenir… l’article continue:

Dans la résolution du 7 juin 2004 du conseil d’arrondissement concernant la transformation de cet immeuble, il est spécifié que «les locataires ou les acheteurs éventuels devront obtenir un permis d’occupation de la Ville pour leur atelier et l’aménagement de celui-ci devra être conforme aux exigences réglementaires».

La Ville entend-elle s’assurer du respect de la réglementation? Probablement pas, avoue M. Purcell. «C’est une obligation qui n’a pas de muscles. De toute façon, le secteur est délabré et le bâtiment était vacant depuis des années. On ne pouvait se permettre de refuser cet investissement», admet-il.

Donc, on ferme les yeux dans l’espoir de revitaliser le secteur. Cependant, M. Purcell prévient les futurs acheteurs qu’en habitant dans un atelier d’artiste, ils payeront davantage de taxes municipales. De plus, s’ils ne sont pas artistes, les occupants s’exposent à des poursuites judiciaires qui pourraient les forcer à quitter leur logement. Un acheteur averti en vaut deux!

les nouveaux fantômes

autrefois, la publicité peinte sur les bâtiments s’effaçait avec le temps et les intempéries climatiques. aujourd’hui, les enseignes lumineuses ne s’effacent pas. elles cassent, leurs ampoules brûlent, elles se font remplacer. mais pour tout effacer, il faut les grands moyens: la paire de pinces! voici quelques exemples de fantômes récents, de compagnies, d’usines qui ont fermé leurs portes et qui ont tenté de disparaître.