Jean-Louis Costes

[youtube=http://youtube.com/watch?v=tcUxs_wT0zg&feature=related]

une autre entrevue? dans le courrier. encore une autre? videodrom. une de plus? froggydelight.

et pourquoi pas une dernière? gonzai.com

«Depuis 1986, Jean-Louis Costes chante, hurle, chie et éjacule ses états d’âme et ses pensées inavouables. Véritable diarrhée verbale d’insultes, complaintes d’amour fou, cris de douleur et jamais de jouissance, éjaculations de branleur malheureux, rires de dément et terreurs enfantines. Anne van der Linden hurle aussi, mais silencieusement. Son micro est son pinceau ; elle fait gicler ses fantasmes sur sa toile. Sensuelles femmes à barbes, corps suppliciés, bites turgescentes tranchées, chattes écartelées, anus dont s’écoulent des torrents de merde, cauchemardesques contes de fées et visions infernales du Paradis. » tiré d’une préface qu’a écrite Sophie Diaz dans le livre Pot pourri, (35 chansons de Costes illustrées par Anne Van der Linden – 90 pages – Serigraphies 3 couleurs – Dessins noir et blanc colorises – Peintures – Photos + CDR des chansons édité au Dernier Cri)

artiste de la performance et de la musique. français. a lancé un album l’en 2006: DANSEZ DANS LES CULS. un franc succès, ça va sans dire.

JEAN-LOUIS COSTES (France)
« Les petits oiseaux chient » 2007
Opérette porno-sociale

Acteurs : Costes (vieux vicieux) et Lisou Prout (hysterique rock)
[youtube=http://youtube.com/watch?v=IBLScO0_bsI]

sites web:

jeanlouiscostes.com

www.costes.org (s’il fonctionne)


vous voulez entendre des chansons de Jean-Louis Costes? checkez ce myspace.com.

un prix éloize à Angèle Arsenault

tiré du communiqué lancé par l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick:

«Le Prix Hommage à Angèle Arsenault
Cette année, le Prix Hommage sera remis à Angèle Arsenault. Elle recevra cet honneur lors de la Soirée des Éloizes. L’œuvre de celle que l’on appelle affectueusement l’étoile de l’Île est grandiose. Elle a été l’une des premières femmes acadiennes à faire rayonner l’Acadie à l’extérieur de la région atlantique grâce à ses chansons qui encore aujourd’hui font vibrer un vaste auditoire, sans frontière d’âge ou de provenance géographique. Pour Angèle Arsenault, la musique est viscérale et c’est en 1975 que sa carrière prend son envol avec son album Première. La célébrité vient à elle en 1977 avec Libre, un album trois fois platine. La chanteuse d’Abram-Village se hisse alors à la tête de tous les palmarès et se produit à la Place des Arts à guichet fermé. Le parcours de cette artiste prolifique est jalonné de succès : une vingtaine d’albums en trente ans de carrière. Angèle a reçu plusieurs distinctions honorifiques, dont l’Ordre du Canada en 2003. Son public l’admire pour sa simplicité, son dynamisme et sa joie de vivre contagieuse. À travers les rires et les larmes, Angèle Arsenault porte haut le flambeau de l’espoir et de l’Acadie toute entière.»

panneau vide

vide.jpg